Catégories
Actualité Palestine

L'Arabie saoudite affiche un déficit de 29 milliards de dollars au deuxième trimestre en raison de la baisse des revenus pétroliers

L'Arabie saoudite a enregistré un déficit de 29,12 milliards de dollars au deuxième trimestre de cette année, les bas prix du pétrole et la pandémie de coronavirus ayant considérablement nui aux revenus, a montré un rapport publié mardi par le ministère des Finances du royaume.

Selon le ministère des Finances, les revenus pétroliers du deuxième trimestre sont tombés à 25,5 milliards de dollars, soit une baisse de 45% par rapport à l'année dernière. Pendant ce temps, les revenus totaux ont chuté de 49% à près de 36 milliards de dollars par rapport à l'année dernière.

Les dépenses totales du deuxième trimestre ont également diminué, de 17% à environ 65 milliards de dollars, bien que les dépenses aient augmenté de 7,5% par rapport au premier trimestre.

Les États du Moyen-Orient s'approprient des parts dans les entreprises européennes touchées par la crise de Covid-19: rapport

Lire la suite "

Monica Malik, économiste en chef à la Abu Dhabi Commercial Bank, a déclaré à Reuters qu '"un recul des dépenses" serait essentiel pour contenir le déficit.

"La position proactive du gouvernement s'est déjà reflétée dans les mesures d'austérité annoncées en avril. Cependant, celles-ci atténueront les perspectives de reprise", a déclaré Malik.

Face à une profonde récession, Riyad a pris des mesures sans précédent pour soutenir ses finances, notamment en triplant la taxe sur la valeur ajoutée, en augmentant les frais d'importation et en annulant certains avantages pour les fonctionnaires.

Le royaume était traditionnellement libre d'impôt pour les particuliers, les revenus pétroliers soutenant un large éventail de subventions et d'avantages pour les citoyens.

Mais les économistes ont averti que ces mesures pourraient restreindre la reprise, alors que les freins visant à réduire la propagation du coronavirus sont levés.

Les réserves de l'Arabie saoudite

Le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que l'économie pourrait reculer de 6,8% cette année, un chiffre que les responsables saoudiens ont qualifié de "pessimiste".

Coronavirus: le FMI dit que l'économie du Moyen-Orient connaîtra le plus grand choc en 40 ans

Lire la suite "

L'Arabie saoudite, qui au cours des trois premiers mois de 2020 a affiché un déficit de 9 milliards de dollars, a levé 12 milliards de dollars sur les marchés internationaux jusqu'à présent cette année et a emprunté 41,1 milliards de riyals (10,96 milliards de dollars) sur le marché intérieur, selon le rapport de mardi.

Le ministre des Finances Mohammed al-Jadaan a déclaré plus tôt ce mois-ci que le royaume prévoyait de faire appel aux investisseurs internationaux en dette au moins une fois de plus cette année.

En plus des emprunts, le gouvernement a utilisé environ 13 milliards de dollars de réserves publiques au deuxième trimestre pour financer son déficit, selon les données budgétaires. Cela se situe en grande partie dans la limite de prélèvement de 32 milliards de dollars ciblée par le gouvernement cette année.

Entre mars et avril, cependant, le royaume a utilisé 40 milliards de dollars de réserves de change pour soutenir les investissements à l'étranger de son fonds souverain, le Public Investment Fund (PIF).

Selon Invesco, une société de gestion d'investissement basée aux États-Unis, le PIF d'Arabie saoudite a acheté pour des milliards de dollars d'actions pendant la pandémie dans des entreprises telles que BP, Boeing, Citigroup et Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *