Catégories
Actualité Palestine

L'Arabie saoudite emprisonne un blogueur yéménite pour un appel vidéo aux droits des LGBT

29 juil.2020

L'Arabie saoudite a emprisonné un blogueur yéménite pour une vidéo sur les réseaux sociaux appelant aux droits des LGBT, a déclaré Human Rights Watch mardi.

Mohamad al-Bokari, 29 ans, a été arrêté en avril après avoir mis en ligne une vidéo dans laquelle il parlait de relations homosexuelles, a déclaré le groupe de défense des droits basé à New York. Dans la vidéo, qui, selon les autorités saoudiennes, violait «l'ordre public et la morale», a déclaré Bokari: «Tout le monde a des droits et devrait pouvoir les pratiquer librement, y compris les homosexuels».

Il a été accusé de «violation de la moralité publique» et «d'imitation des femmes». La semaine dernière, un tribunal saoudien a condamné le militant à l'expulsion après 10 mois de prison et une amende de 10 000 riyals saoudiens (2 700 dollars). Bokari a 30 jours pour faire appel.

Une source en contact avec Bokari a déclaré qu'il n'avait pas accès à un avocat à la prison d'al-Malaz dans la capitale, Riyad. Selon la source de Human Rights Watch, Bokari, qui souffre de problèmes cardiaques, a été soumis à des contraintes physiques et psychologiques pendant sa détention provisoire.

Lors de son arrestation, la police l'aurait frappé à coups de pied et giflé dans le but de le forcer à «avouer qu'il est gay».

«La surveillance constante de la liberté d’expression par l’Arabie saoudite révèle l’hypocrisie d’un gouvernement qui a promis de mener des réformes», a déclaré Michael Page, directeur adjoint du Moyen-Orient à Human Rights Watch. «Les autorités saoudiennes devraient faire ce qu'il faut et libérer immédiatement le jeune homme, qui n'exprimait que son opinion.»

L'Arabie saoudite reste un endroit dangereux pour les personnes LGBT. Bien que le pays musulman conservateur n'ait pas de lois explicites couvrant l'orientation sexuelle ou l'identité de genre, les juges se tournent vers la loi islamique pour prescrire des sanctions pour les relations homosexuelles et autres actes «immoraux».

Après avoir reçu des menaces de mort de la part de groupes armés, Bokari a fui vers l'Arabie saoudite depuis le Yémen, qui est en proie à une guerre civile entre une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite et les rebelles houthis alignés sur l'Iran. Bokari vit depuis à Riyad en tant que migrant sans papiers, et Human Rights Watch a averti que son expulsion vers le Yémen mettrait à nouveau sa vie en danger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *