Catégories
Actualité Palestine

Les enfants yézidis et les survivants de viols «  abandonnés '' après la captivité de l'État islamique

Près de 2000 enfants yézidis qui ont été victimes de viols et d'autres abus de la part du groupe État islamique (EI) ne reçoivent pas l'aide dont ils ont besoin pour faire face à des traumatismes durables et à des complications de santé, a déclaré Amnesty International.

Dans un rapport publié jeudi, les groupes de défense des droits ont déclaré que les survivants – vivant actuellement dans la région kurde d'Irak – avaient "effectivement été abandonnés" et luttaient pour se remettre des violences infligées par le groupe armé.

«Alors que le cauchemar de leur passé s'est dissipé, des difficultés demeurent pour ces enfants», a déclaré Matt Wells, directeur adjoint de la réponse aux crises d'Amnesty International.

«  Ces enfants ont été systématiquement soumis à l'horreur de la vie sous l'EI, et maintenant ils sont laissés pour ramasser les morceaux ''

– Matt Wells, Amnistie

«Ces enfants ont été systématiquement soumis à l'horreur de la vie sous l'EI, et maintenant ils ont été laissés pour ramasser les morceaux.

«Ils doivent recevoir le soutien dont ils ont désespérément besoin pour reconstruire leur vie dans le cadre de l’avenir de la communauté yézidie», a-t-il déclaré.

Le rapport indique que les problèmes de santé mentale les plus courants rencontrés par les 1 992 enfants qui ont survécu à la torture, à la conscription forcée, au viol et à d'autres abus incluent le stress post-traumatique, l'anxiété et la dépression.

D'autres symptômes et comportements comprennent l'agressivité, les flashbacks, les cauchemars et les sautes d'humeur sévères.

Le rapport cite un médecin qui a déclaré que presque toutes les filles qu'elle soignait entre 9 et 17 ans avaient été victimes de violences sexuelles et souffraient maintenant d'infection, de règles irrégulières et de difficultés pendant la grossesse et l'accouchement.

'Veuillez nous accepter'

En août 2014, l'EI a envahi la patrie ancestrale des Yézidis en Irak, tuant des milliers d'hommes à Sinjar et asservissant des femmes et des enfants dans ce que les Nations Unies appelleraient plus tard un génocide.

Beaucoup de garçons ont été forcés de se battre pour le groupe pendant la période où il contrôlait de larges pans de l'Irak et de la Syrie, et depuis leur retour chez eux, ils n'avaient reçu aucun soutien, selon le rapport.

Sahir, un ancien enfant soldat de 15 ans, a déclaré au groupe de défense des droits de l'homme qu'il savait qu'il avait besoin d'un soutien en santé mentale pour faire face à son traumatisme, mais qu'il avait le sentiment qu'il n'avait nulle part où se tourner.

"Ce que je cherchais, c'est juste quelqu'un qui se soucie de moi, un peu de soutien, pour me dire: 'Je suis là pour vous'", a-t-il déclaré.

L'enquête de l'ONU a rassemblé des preuves «  significatives '' contre les combattants de l'EI qui ont asservi les Yézidis

Lire la suite "

"C'est ce que je cherchais et je ne l'ai jamais trouvé."

Le rapport a également documenté le sort des femmes yézidies qui luttent pour guérir leurs blessures psychologiques après avoir été mariées de force à des combattants de l'EIIL et séparées de leurs enfants nés d'un viol.

Certaines des mères interrogées par Amnesty ont déclaré avoir été «contraintes, contraintes ou même trompées» de laisser leurs enfants lorsqu'ils sont retournés dans leurs familles.

«Je veux dire (à notre communauté) et à tout le monde dans le monde, veuillez nous accepter et accepter nos enfants, a déclaré Janan, 22 ans.

«Je ne voulais pas avoir un bébé de ces gens. J'ai été forcé d'avoir un fils.

Selon le bureau de sauvetage des yézidis du gouvernement régional du Kurdistan irakien, environ 2 800 Yézidis sont toujours portés disparus depuis le moment où l'EI contrôlait de vastes territoires en Irak et en Syrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *