Catégories
Actualité Palestine

L'Irak annonce des élections législatives pour juin 2021

L'Irak doit organiser des élections législatives en juin 2021, a annoncé vendredi la première du pays.

Dans une tentative de tenir une promesse clé faite aux manifestants anti-gouvernementaux, le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi a déclaré qu'il tenterait d'assurer l'équité des sondages annoncés.

"Tout sera fait pour protéger et assurer le succès de ces scrutins", a déclaré Kadhimi dans un discours télévisé.

Kadhimi est devenu Premier ministre en mai après plusieurs tentatives infructueuses de former un gouvernement. Il avait été nommé en avril, après que son prédécesseur, Adel Abdul Mahdi, ait été contraint de démissionner en décembre, le pays étant secoué par des manifestations contre la corruption, le manque d'emplois et de services et l'ingérence étrangère.

C'était la première fois qu'un premier ministre démissionnait avant la fin de son mandat depuis l'invasion de l'Irak par les États-Unis en 2003.

Les manifestants ont exigé que le système politique soit démantelé, soulignant la corruption endémique et ce que beaucoup considèrent comme l'influence malveillante des intérêts sectaires.

Le gouvernement de Kadhimi a déclaré jeudi qu'un total de 560 personnes étaient mortes lors de manifestations depuis octobre.

Presque tous étaient des manifestants tués aux mains des forces de sécurité, selon un conseiller du Premier ministre.

«Stabilité et démocratie»

Le gouvernement d'Abdel Mahdi a proposé au parlement une nouvelle loi électorale qui a été rapidement adoptée à la fin de l'année dernière, mais la section détaillant les procédures de vote et les limites des circonscriptions n'a pas été finalisée, selon des diplomates et des experts.

Le rôle de la commission électorale irakienne, régulièrement accusée de partialité, n’était pas clair dans l’organisation du scrutin.

Les manifestants irakiens ont peu de foi Le nouveau Premier ministre Kadhimi demandera justice pour les meurtres

Lire la suite "

La Mission d'assistance des Nations Unies en Iraq a salué l'annonce de Kadhimi.

"Les élections anticipées répondent à une demande populaire clé sur la voie d'une plus grande stabilité et démocratie en Irak", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"Les Nations Unies sont prêtes à fournir un appui et des conseils techniques comme demandé par l'Iraq pour garantir des élections libres, justes et crédibles qui gagnent la confiance du public."

L'élection de 2018 a été gâchée par un taux de participation record de 44,5%, selon les chiffres officiels. Des observateurs indépendants pensent que le taux de participation réel était beaucoup plus faible.

Les électeurs ont abandonné les principaux partis politiques au profit du chef chiite et ancien chef de la milice Muqtada al-Sadr, qui s'est allié aux communistes sur une plate-forme anti-corruption.

L'Irak était au début de cette année au centre de tensions accrues entre Washington et Téhéran, après que les États-Unis ont tué le général iranien Qassem Soleimani, aux côtés du commandant irakien Abu Mahdi al-Muhandis, lors d'une frappe de drone en janvier à Bagdad.

Avec des mois de crise politique, l'Irak est aux prises avec un ralentissement économique majeur en raison de l'impact de la pandémie du nouveau coronavirus sur la demande de pétrole, le moteur de l'économie du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *