Catégories
Actualité Palestine

Israël tente de désamorcer les tensions avec le Hezbollah

31 juil.2020

L'ordre d'ouvrir le feu sur des membres de la cellule du Hezbollah qui se sont infiltrés en Israël dans la matinée du 27 juillet a été donné alors qu'ils se trouvaient à quelques dizaines de mètres de la position des Forces de défense israéliennes (FDI) sur le mont Dov. Les FDI étaient préparées jusqu'au bout, armées de mitrailleuses et d'un char Merkava 4 au sol et de drones en l'air. Les tirs des FDI ont été soudains et massifs, mais inefficaces – non pas parce que les tireurs d’élite ont raté leur cible, mais à cause de l’ordre de déployer des «tirs non directionnels». En d'autres termes, ne tirez pas pour tuer; tirer pour les faire fuir. Les tireurs d'élite et l'équipage des chars ont opéré en conséquence, sous l'œil vigilant des drones qui bourdonnaient au-dessus.

Ils ont eu beaucoup de succès, peut-être trop. Les membres de la cellule, qui grimpaient péniblement les pentes de la montagne pendant des heures, camouflés par le sous-bois dense et sautant patiemment d'un couvert à l'autre, ont fait demi-tour, «fuyant», comme une source militaire de haut rang, s'exprimant sous couvert d'anonymat. , Ont décrit leur vol le long de la pente dangereuse et abrupte couverte d'arbustes, de rochers et d'autres obstacles. «Nous étions inquiets pour eux alors qu'ils descendaient en courant», a déclaré la source de sécurité israélienne à Al-Monitor. «C'était un parcours très dangereux, dans une chaleur intense et nous n'étions pas sûrs qu'ils réussiraient en un seul morceau et pas totalement déshydratés.»

Le groupe a continué à fuir pendant de longues minutes, les FDI le suivant de près. Lorsqu'ils sont arrivés au fond sains et saufs et ont été pris en charge par un véhicule en attente, les FDI ont poussé un soupir de soulagement. Il avait voulu une fin pacifique à la saga. Les hauts gradés pensaient que le retrait tactique de la cellule de la position de Tsahal vers l'oued en contrebas fournirait au secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah le recul stratégique qu'il recherchait de l'engagement de l'organisation à venger le meurtre de l'un de ses hommes (Ali Kamel Mohsen, également connu sous le nom de Jawad) lors d'une frappe près de Damas, en Syrie, la semaine précédente.

Nasrallah, cependant, n'a pas compris. Au moment de la rédaction de ces lignes, les tensions persistent le long de la frontière israélo-libanaise. Israël ne comprend pas pourquoi Nasrallah n'a pas profité de l'occasion pour terminer ce cycle avec Israël pacifiquement, pourquoi le Hezbollah continue d'insister sur le fait que la vengeance est encore à venir et pourquoi Nasrallah s'est distancé de l'événement du 27 juillet mais maintient l'autocuiseur au plus bas. flamme.

La décision de permettre aux membres d'une cellule terroriste du Hezbollah qui tentaient d'attaquer un poste de l'armée israélienne de rentrer chez eux en toute sécurité a suscité de nombreuses critiques en Israël. Les critiques ont visé les politiciens, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz, mais aussi l'armée israélienne, qu'ils ont accusés de perdre son instinct meurtrier et d'accepter de négliger une contestation flagrante de la souveraineté israélienne et une tentative d'attaque contre ses troupes. Les hauts responsables de la sécurité rejettent avec véhémence les allégations. Parfois, disent-ils, la sagesse est la meilleure partie de la bravoure, et il vaut mieux éviter les décisions irréfléchies, envisager une vue d'ensemble et des objectifs stratégiques plutôt que de tomber amoureux d'un seul événement tactique qui pourrait entraîner des dommages stratégiques prolongés.

Le raisonnement d’Israël est simple. L'État fait face à la crise économique la plus dure de son histoire et à une deuxième vague de COVID-19. Le chômage est passé de moins de 4% à 20% en quelques semaines. Le produit intérieur brut diminue. Des milliers d'entreprises s'effondrent, avec des panneaux «à louer» ou «à vendre» parsemant le paysage urbain. Le moment choisi pour la tentative d'attaque du Hezbollah était critique. Le gouvernement israélien venait de décider d'assouplir certaines des restrictions de verrouillage, la région de Galilée bourdonnait de touristes nationaux, les hôtels et les chambres d'hôtes étaient pleins à craquer. Avec la saison estivale à son apogée, présentant la première opportunité pour les entreprises du nord de récupérer certaines de leurs pertes induites par le coronavirus et de redonner le sourire à leurs propriétaires, une guerre était tout simplement un non-démarreur.

Tuer les infiltrés du Hezbollah aurait déclenché un affrontement instantané, vider les hôtels et les locations de vacances, les centres commerciaux et les magasins et assommer la fragile économie. C'était la principale considération qui guidait le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant général Aviv Kochavi, et le chef du commandement du Nord, le major général Amir Baram. "Il n’est pas nécessaire de réparer quelque chose qui n’est pas cassé", a déclaré à Al-Monitor une source israélienne de haut niveau sous couvert d’anonymat. «Le Hezbollah est embourbé dans une crise profonde, le Liban s’effondre, les gens là-bas n’ont pas de nourriture, il n’ya pas d’alimentation électrique, la situation en Iran affecte le budget de Nasrallah et il se retire et s’affaiblit. Une journée de combat ou même une guerre avec Israël à ce stade pourrait avoir l'effet inverse et lui donner une sortie de sa situation difficile. Nasrallah continue de nourrir son image de défenseur du Liban et il n'est pas nécessaire de jouer entre ses mains à ce stade.

Ces considérations ont conduit à la décision israélienne de laisser le Hezbollah sortir indemne de l'incident, d'éviter d'humilier l'organisation et de permettre à Nasrallah de descendre de son cheval. La décision de Nasrallah de rejeter ces gestes intrigue les responsables de Tel Aviv et de Jérusalem.

Néanmoins, l'armée israélienne est prête, que ce soit pour une escarmouche ou une guerre à grande échelle. Prêt, mais pas excité. Israël préfère maintenir ses opérations discrètes qu’il appelle «la guerre entre les guerres», continuer à saper le retranchement iranien en Syrie et le programme de roquettes de précision de Nasrallah au Liban et éviter une conflagration totale. Si le besoin s'en fait sentir, disent les responsables de Tsahal, Israël saura se battre et gagner. L’armée israélienne n’est pas trop préoccupée par les menaces de Nasrallah de conquérir la Galilée.

Nasrallah «ne peut pas capturer la Galilée ni aucune ville ou village israélien», a déclaré un autre expert de la défense à Al-Monitor sous couvert d'anonymat. «Il pourrait causer des dommages ou mener une attaque sur notre territoire, mais il subirait alors un coup dur. Les villages chiites (dans le sud du Liban) évacueraient les résidents beaucoup plus rapidement que les villages israéliens et seraient complètement différents après une guerre, et Nasrallah le sait », a ajouté l'expert. «Il ne peut pas se permettre le risque.»

Pour réduire autant que possible la probabilité de guerre, Kochavi aspire à accélérer la construction du mur de béton le long de la frontière avec le Liban. Jusqu'à présent, le mur ne couvre que 10 kilomètres (6 miles) du terrain escarpé et montagneux de 140 kilomètres (87 miles) entre les deux pays. L'IDF a élaboré des plans détaillés pour achever le projet, mais étant donné les coûts en milliards de shekels et le trou budgétaire actuel, la probabilité que cela se produise est mince. Les FDI seront forcées de maintenir une présence renforcée le long de la frontière pour éviter une escalade et une détérioration en guerre. Les problèmes actuels de l’organisation réduisent les chances d’un conflit total avec le Hezbollah. La question est de savoir si Nasrallah pourrait changer d’avis à un moment donné et commencer à croire qu’une confrontation avec Israël est son seul «espoir» face aux citoyens libanais en colère contre la puissante emprise du Hezbollah sur le pays. Israël espère qu’il ne le fera pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *