Catégories
Actualité Palestine

Jordanie: les enseignants poursuivent leurs manifestations au mépris de la fermeture d'un syndicat

Les enseignants jordaniens devraient continuer à protester contre une récente décision du gouvernement de fermer leur syndicat et de détenir ses membres dans une répression sans précédent contre le syndicat dirigé par l'opposition.

Plus de deux mille enseignants ont participé à une manifestation samedi soir dans la ville nordique d'Irbid pour défendre le syndicat et demander la libération des membres de son conseil d'administration.

"Il n'y a pas de progrès de la part du gouvernement pour répondre aux demandes des enseignants, et les membres du conseil du syndicat sont toujours en prison", a déclaré dimanche le président de la branche Irbid du syndicat des enseignants au site Arabi 21.

«Aujourd'hui, dimanche, il y aura des manifestations dans plusieurs villes, et demain il y aura une grande marche à Irbid», a-t-il dit.

Les manifestants ont brandi des banderoles sur lesquelles on pouvait lire en arabe: «C'est l'Aïd, nous sommes tous avec les enseignants» et «Liberté au conseil syndical».

Ils ont également scandé: "Notre syndicat est légitime. Nous ne serons pas réduits au silence. Les enseignants sont en feu." D'autres ont exigé la démission du gouvernement pour sa dernière action contre les enseignants.

Les manifestations interviennent une semaine après la décision du procureur général de fermer le syndicat des enseignants pendant deux ans et d’arrêter son président par intérim Nasser Nawasreh pour incitation à la haine.

La Jordanie arrête les dirigeants d'un syndicat d'enseignants pour réprimer la dissidence

Lire la suite "

Nawasreh serait détenu en raison d'un discours qu'il a prononcé devant des partisans mercredi précédent dans lequel il accusait le gouvernement du Premier ministre Omar al Razzaz de ne pas avoir honoré un accord signé en octobre dernier avec le syndicat.

L'accord prévoyait une augmentation de salaire de 50%, mais cela a été réduit avec la décision du gouvernement en avril de geler les augmentations du secteur public en raison de l'impact économique de la pandémie de coronavirus.

Des centaines d'enseignants ont également protesté à Amman avant la répression, appelant le gouvernement à mettre en œuvre l'accord.

Les autorités ont également convoqué des membres du conseil syndical pour des interrogatoires sur "des accusations de criminalité et de corruption", selon l'agence de presse officielle Petra.

Près de 140000 enseignants sont membres du syndicat, fondé en 2011.

Certains responsables gouvernementaux ont affirmé que les dirigeants syndicaux avaient un programme islamiste, une accusation rejetée par le syndicat dans le cadre d'une campagne de dénigrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *