Catégories
Actualité Palestine

Liban: les manifestants tentent de prendre d'assaut le ministère de l'Énergie au milieu de coupures de courant paralysantes

Les forces de sécurité libanaises ont réprimé les manifestants mardi alors que ces derniers tentaient de prendre d'assaut le bâtiment du ministère de l'Énergie pour dénoncer les coupures de courant massives qui ont plongé des zones entières du pays dans l'obscurité.

Les manifestants ont poussé une clôture de barbelés près du siège du ministère à Beyrouth, mais ont été dispersés par les forces de sécurité brandissant des matraques.

Un manifestant, s'exprimant au nom du groupe, a déclaré qu'il bloquerait l'entrée du ministère pendant 24 heures.

"Votre présence continue plongera le Liban dans l'obscurité totale", a-t-il déclaré, exhortant le ministre de l'Energie Raymond Ghajar à démissionner.

La manifestation intervient un jour après la démission du ministre des Affaires étrangères Nassif Hitti suite à la performance du gouvernement.

Un cabinet technocratique autoproclamé avait été réuni en janvier pour s'attaquer à la myriade de problèmes économiques et politiques du pays, mais a jusqu'à présent eu du mal à avoir un impact.

Le pays est en pleine crise économique, sa monnaie ayant perdu 80% de sa valeur depuis fin 2019 et les prix des denrées alimentaires doublant.

Deux factures d'électricité

Le secteur électrique en difficulté du pays touché par la crise reçoit l'une des plus grosses tranches du budget du gouvernement, après le service de la dette et les salaires du secteur public.

Mais des coupures d'électricité de plusieurs heures ont persisté au cours des trois dernières décennies, malgré les promesses répétées d'approvisionnement ininterrompu de gouvernements consécutifs.

Crise économique au Liban: les prix des denrées alimentaires sont si élevés que même les magasins ne peuvent pas se les permettre

Lire la suite "

En conséquence, la grande majorité des Libanais paient deux factures d'électricité: l'une à une compagnie d'électricité publique ravagée; une autre à des sociétés de production privées coûteuses pour trois à 12 heures d'électricité par jour lorsque le secteur est coupé.

Depuis le début de l'été, les pannes ont duré jusqu'à 20 heures par jour dans certaines régions, en raison d'une crise économique en spirale qui a entravé les importations de carburant.

Cela a alimenté les doléances d'un mouvement de contestation, mobilisé depuis octobre pour exiger la destitution d'une classe politique jugée incompétente et corrompue.

Selon le cabinet de conseil McKinsey, le Liban possède la quatrième plus mauvaise alimentation électrique au monde, juste au-dessus d'Haïti, du Nigéria et du Yémen.

La société d'électricité gérée par l'État a coûté au gouvernement plus de 40 milliards de dollars depuis la guerre civile de 1975-1990, bien qu'elle ne fournisse qu'une fraction des besoins en électricité du pays, drainant un pays maintenant aux prises avec sa pire crise économique depuis des décennies.

Les donateurs internationaux ont souligné que la réforme de l'électricité était une condition clé pour débloquer l'aide, y compris un paquet d'aide de 11 milliards de dollars pour le Liban promis lors d'une conférence à Paris en 2018.

Le gouvernement a approuvé un nouveau plan d'électricité promettant un approvisionnement ininterrompu en avril, mais il n'a pas encore été mis en œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *