Catégories
Actualité Palestine

Les États-Unis vont soumettre une résolution de l'ONU pour prolonger l'embargo sur les armes contre l'Iran la semaine prochaine: Pompeo

5 août 2020

Les États-Unis soumettront une résolution au Conseil de sécurité des Nations Unies la semaine prochaine pour garantir que l'interdiction de vente d'armes à l'Iran soit prolongée «d'une manière ou d'une autre», a déclaré aujourd'hui le secrétaire d'État Mike Pompeo.

«La mission du Conseil de sécurité est de maintenir la paix et la sécurité internationales. Le conseil se moquerait totalement de cette mission s'il permettait à l'État n ° 1 du terrorisme d'acheter et de vendre des armes librement », a déclaré Pompeo lors d'un briefing avec des journalistes.

L'embargo sur les armes imposé à l'Iran, vieux de 13 ans, expirera le 18 octobre dans le cadre de l'accord nucléaire de 2015 qui a supprimé la plupart des sanctions internationales en échange de la réduction de son activité nucléaire par l'Iran.

On s'attend à ce que les alliés de l'Iran, la Russie et la Chine, opposent leur veto à toute prolongation de l'embargo sur les armes rédigé par les États-Unis. S'ils le faisaient, Pompeo a réitéré la position du département d'État selon laquelle les États-Unis peuvent invoquer un soi-disant retour en arrière des sanctions de l'ONU.

L'accord nucléaire, connu sous le nom de Plan d'action global conjoint, ou JCPOA, permet le retour des sanctions par le biais d'un processus complexe si l'Iran viole ses obligations et qu'un participant du JCPOA dépose une plainte auprès du Conseil de sécurité de l'ONU.

Les critiques ont fait valoir que les États-Unis n'ont pas l'autorité légale pour déclencher ce mécanisme parce qu'ils ont abandonné l'accord en 2018. L'administration Trump dit qu'il est encore techniquement un État participant.

«Nous sommes profondément conscients que le snapback est une option disponible aux États-Unis, et nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que l'embargo sur les armes est prolongé», a déclaré Pompeo.

Depuis le retrait des États-Unis de l'accord, l'Iran a régulièrement enrichi de l'uranium au-delà de ce qui est autorisé. Téhéran insiste sur le fait que son programme nucléaire n'est utilisé qu'à des fins pacifiques.

«Tant que l’Iran sera autorisé à s’enrichir, nous aurons cette discussion – à quel point l’Iran est-il proche d’une percée nucléaire?» L'émissaire américain pour l'Iran, Brian Hook, a déclaré mercredi au Aspen Security Forum. «Nous devons restaurer la norme de non-enrichissement du Conseil de sécurité des Nations Unies.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *