Catégories
Actualité Palestine

Des citoyens arabes critiquent les actions de Macron à Beyrouth – Middle East Monitor

La visite du président français Emmanuel Macron au Liban jeudi a suscité une controverse sur la nature de la visite parmi les utilisateurs des médias sociaux.

Si certains pensaient que cette visite portait un message de soutien au Liban après l'explosion massive qui a eu lieu dans le port de Beyrouth, d'autres estiment qu'elle n'était «pas innocente».

Macron s'est rendu au Liban jeudi et a rencontré des dirigeants politiques et a visité la rue Gemmayzeh, considérée comme la zone la plus touchée de Beyrouth.

Le président français s'est entretenu avec les citoyens et leur a assuré que la France apporterait une aide au peuple, pas aux politiciens.

Une explosion dévastatrice s'est produite mardi dans le port de Beyrouth, faisant au moins 154 morts, environ 5 000 blessés et des dizaines de personnes toujours portées disparues sous les décombres.

Selon des enquêtes préliminaires, l'explosion s'est produite dans le quartier 12 du port, qui, selon les autorités, contenait environ 2750 tonnes de nitrate d'ammonium hautement explosif, stocké depuis 2014.

LIRE: Des dizaines de milliers de personnes signent une pétition pour placer le Liban sous mandat français

Le journaliste palestinien basé en Iran Abdelkader Fayez a déclaré que Macron: «met de côté ses crises internes et son échec international, et agit comme si le Liban était une colonie française, parlant de changement de régime, d'un nouveau contrat politique et d'un nouveau Liban.

Fayez a ajouté dans un tweet: «Comme si la France investissait dans la catastrophe de Beyrouth, afin de se repositionner dans une région où son rôle a fortement diminué.»

L'historien palestinien basé au Royaume-Uni, Bashir Nafie, a tweeté: «La France n'a pas été témoin depuis longtemps d'un président incapable de freiner ses ambitions impérialistes comme Emmanuel Macron.

"L'homme annonce sans vergogne qu'il est en train de conclure un nouveau contrat pour la vie politique libanaise, et il se comporte lors de sa courte visite à Beyrouth sinistrée comme si le Liban était encore une colonie française", a ajouté Nafie.

Le militant yéménite Yamani Bin Islam Al-Salmi a tweeté: «Nous vivons au 21ème siècle et le monde est devenu un village. L'ère du colonialisme est révolue depuis longtemps, sauf dans la mentalité du président français Macron.

Al-Salmi a affirmé: «(Macron) agit et déclare des changements politiques, sociaux et économiques au Liban, comme si le Liban était toujours une colonie française ou un domaine qui lui appartenait.

LIRE: Explosion de Beyrouth: la France promet une conférence des donateurs, l'Italie appelle à une réponse mondiale

Un citoyen égyptien du nom de Noureddine a tweeté: «Macron parle d'un nouveau Liban et d'une meilleure économie comme si le Liban était une colonie française. La situation est calculée bien au-delà des émotions.

Certains utilisateurs de Twitter ont également critiqué le refus du président français de serrer la main de son homologue libanais Michel Aoun, alors qu'il se mêlait aux citoyens dans les rues et étreignait une femme nettoyant les rues.

Mercredi, le gouvernement libanais a annoncé une enquête de cinq jours sur l'explosion. Cependant, les anciens chefs de parti, les chefs des gouvernements précédents et le grand mufti du Liban appellent à une enquête internationale.

Cette explosion a approfondi les doléances d'un pays qui subit les répercussions d'une crise économique sévère et d'une forte polarisation politique depuis des mois, dans une scène compliquée où les partis régionaux et internationaux se chevauchent.

La France a colonisé le Liban entre 1920 et 1943 après la Première Guerre mondiale, conformément aux divisions imposées par l'Accord Sykes-Picot qui autorisait le système de mandat sur les régions sous contrôle ottoman.

LIRE: Macron promet d'aider à mobiliser l'aide au Liban après une explosion dévastatrice, met en garde contre les réformes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *