Catégories
Actualité Palestine

Google ferme les comptes YouTube liés au gouvernement iranien

7 août 2020

Google a pris des mesures contre les comptes du gouvernement iranien pour une activité coordonnée, a annoncé mercredi le géant de la technologie. Cette décision fait suite à des actions similaires de Facebook et coïncide avec le déploiement par Twitter d'étiquettes pour certains comptes gouvernementaux sur sa plateforme.

Google a annoncé avoir mis fin à 16 comptes YouTube en avril qui étaient prétendument liés au réseau de l'Union internationale des médias virtuels parrainé par l'État iranien. L'annonce faisait partie du rapport de Google pour le deuxième trimestre de 2020 qui a été publié cette semaine.

Les comptes en question auraient participé à des «opérations d'influence coordonnées», qui se réfèrent à un comportement coordonné de comptes liés à certaines informations. Les utilisateurs ont publié en arabe sur la pandémie du COVID-19 aux États-Unis et les relations américano-saoudiennes, selon Google.

Les médias d'État iraniens publient régulièrement des articles critiquant le gouvernement américain, y compris sa gestion du coronavirus. L’Arabie saoudite est l’un des plus grands ennemis de l’Iran dans la région. Google a également fermé des comptes liés à la Russie et à la Chine au deuxième trimestre 2020.

Google n'est pas le seul poids lourd de la Silicon Valley à cibler le gouvernement iranien pour des opérations d'influence. Toujours en avril, Facebook a fermé des comptes qui, selon lui, étaient liés au gouvernement iranien et cherchaient à diffuser de la désinformation dans plusieurs pays.

De telles actions sont controversées car elles semblent cibler de manière disproportionnée certains gouvernements. L'Iran, la Chine et la Russie entretiennent tous des relations conflictuelles avec les États-Unis, où sont basés Google, Facebook et Twitter. Facebook a également fermé des comptes liés à la Russie en avril.

Twitter a déployé des étiquettes pour certains comptes gouvernementaux jeudi. Les étiquettes de Twitter se concentrent sur les hauts fonctionnaires du gouvernement et les médias d'État dans les États membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU: les États-Unis, la Chine, la Russie, la France et le Royaume-Uni. Twitter pourrait bientôt étiqueter plus de pays.

«Dans un souci de transparence et de praticité, nous commençons avec un groupe limité et clairement défini de pays avant de nous étendre à un plus large éventail de pays à l'avenir», l'entreprise dit dans un communiqué.

Le russe populaire RT arabe le point de vente porte désormais le label «médias affiliés à l’État». Le média en arabe appartenant au gouvernement américain Alhurra ne fait pas.

Être la propriété d'un gouvernement ne constitue pas nécessairement une affiliation à un État, selon Twitter.

«Les médias affiliés à l'État sont définis comme des médias où l'État exerce un contrôle sur le contenu éditorial par le biais de ressources financières, de pressions politiques directes ou indirectes et / ou d'un contrôle sur la production et la distribution», a déclaré la société.

En se concentrant sur les pays membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, certains grands points de vente gérés par l'État au Moyen-Orient sont pour l'instant exclus du nouveau système d'étiquetage. Il s'agit notamment de l'Agence de presse Tasnim en Iran et TRT en Turquie, entre autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *