Catégories
Actualité Palestine

Des experts de l'ONU appellent à la levée des sanctions «  entraînant la souffrance et la mort ''

Un groupe d'experts de l'ONU a appelé à la levée des sanctions unilatérales contre des pays comme l'Iran et le Yémen, ajoutant que les exemptions humanitaires "ne fonctionnent pas", les personnes ne recevant pas de traitements vitaux ni de protection contre les coronavirus.

Dans un communiqué publié vendredi, le groupe a déclaré que les sanctions "entraînaient la souffrance et la mort" dans des pays comme l'Iran, le Soudan, la Syrie, le Yémen, le Venezuela et Cuba.

«  Les sanctions imposées au nom de la défense des droits de l'homme tuent en fait des personnes et les privent de leurs droits fondamentaux ''

– Alena Douhan, rapporteur spécial de l'ONU

«Les sanctions devraient être levées – ou au minimum allégées – afin que les gens puissent se procurer des produits de base comme du savon et des désinfectants pour rester en bonne santé, et pour que les hôpitaux puissent se doter de ventilateurs et d'autres équipements pour maintenir les gens en vie», a déclaré Alena Douhan, rapporteur spécial des Nations Unies sur la impact négatif des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l'homme.

Douhan a déclaré que rien ne s'était amélioré depuis qu'elle avait appelé à la levée de toutes les sanctions unilatérales empêchant les États de lutter de manière adéquate contre la pandémie de Covid-19 en avril.

La Croix-Rouge internationale, les sociétés du Croissant-Rouge et plusieurs législateurs américains ont lancé un appel similaire au début de la pandémie, mais ces appels ont été largement ignorés.

"Les sanctions qui ont été imposées au nom de la défense des droits de l'homme tuent en fait des personnes et les privent de leurs droits fondamentaux, y compris les droits à la santé, à l'alimentation et à la vie elle-même", ont déclaré Douhan et d'autres experts de l'ONU, sans appeler à une sanction particulière. pays par nom.

Garantir les droits de l'homme

L'Iran et le Yémen, en particulier, ont été durement touchés par la pandémie, la situation étant aggravée par l'économie déjà défaillante de l'Iran et la guerre de plusieurs années au Yémen qui a déclenché l'une des pires crises humanitaires au monde.

L'eau, le savon et l'électricité nécessaires aux hôpitaux, le carburant pour la livraison de biens vitaux et la nourriture dans de nombreux pays sanctionnés sont rares en raison des sanctions, ce qui aggrave des conditions déjà désastreuses.

Les sanctions de la loi César paralysent le secteur de la santé assiégé en Syrie

Lire la suite "

"Nous renouvelons notre appel pour que les pays sanctionnent de toute urgence la levée, la suspension ou la minimisation de leurs sanctions afin que les médicaments, le matériel médical, la nourriture et le carburant puissent passer", ont déclaré les experts de l'ONU dans le communiqué de vendredi.

Le groupe a salué les efforts de nombreux États et organisations intergouvernementales, dont l'Union européenne, le Royaume-Uni, la Suisse, la Russie, la Chine et les États-Unis, pour avoir tenté d'aider les pays sanctionnés à lutter contre la pandémie de coronavirus, mais a souligné qu'il fallait faire plus pour rationaliser la système.

Au lieu de «procédures longues et souvent coûteuses» pour obtenir des exemptions humanitaires aux sanctions, les experts de l'ONU ont déclaré que des exemptions devraient être accordées à la place sur «la présomption que le but déclaré est en fait humanitaire, avec la charge de la preuve sur les autres de le montrer. n'est pas".

"Pour garantir les droits de l'homme et la solidarité au cours de la pandémie, les licences pour l'acheminement de l'aide humanitaire devraient être fournies de la manière la plus simple – de préférence automatiquement sur demande", a déclaré Douhan. "Les individus et les organisations humanitaires impliqués dans l'acheminement d'une telle aide ne devraient en aucun cas être soumis à des sanctions secondaires."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *