Catégories
Actualité Palestine

Hazine, un blog pour les savants du monde islamique, se réinvente

Apprendre à naviguer dans une archive est un rite de passage pour de nombreux jeunes chercheurs. Pourtant, l'acquisition de ces compétences n'est pas une activité ponctuelle. Après tout, de nombreuses archives subissent des changements rapides dans leurs relations avec leurs documents ou avec le public. De plus, l'éthique de la provenance archivistique a ouvert d'importants débats.

Ces questions et bien d'autres sont au centre de Hazine, un blog dédié à la recherche scientifique sur le «Moyen-Orient et au-delà» qui est lui-même en pleine mutation, élargissant sa portée et engageant de nouveaux publics.

Le site «n’est pas uniquement destiné à la communauté des études sur le Moyen-Orient», a déclaré N.A. Mansour, l’un des nouveaux éditeurs du site. «Je veux qu'il fonctionne comme un endroit pour quelqu'un qui est curieux de connaître l'un des sujets que nous couvrons: que ce soit la conservation ou la maîtrise des données, ou s'ils veulent des ressources visuelles pour quelque chose qu'ils conçoivent, ou s'ils veulent essayer de commencer cette histoire familiale.

Hazine a commencé en tant que site de revue d'archives en 2013. Après une relance en 2018 par Mansour et la co-rédactrice en chef Heather Hughes, le site est maintenant en train de se transformer en une plateforme multilingue pour les critiques, les interviews, les profils, les outils des humanités numériques et plus.

Le site a récemment recueilli 5 000 $ pour soutenir sa prochaine phase. Avec l'aide de ces fonds, les éditeurs ont l'intention de payer les contributeurs, de développer de nouveaux outils et de traduire les documents existants.

Une perspective orientée utilisateur

Les spécialistes familiers avec Hazine disent que cela rend les ressources savantes plus accessibles et plus conviviales.

Arafat A. Razzaque, chercheur associé au Centre d'études islamiques de l'Université de Cambridge, a tweeté son soutien pour la récente campagne de financement.

Par courrier électronique, il a ajouté qu'il pensait que «Hazine contribue à rendre les archives et les bibliothèques plus accessibles et plus familières», et que la meilleure chose à propos du site est «sa perspective principalement axée sur l'utilisateur, abordant l'expérience pratique de la recherche avec n'importe quelle collection».

En effet, Hazine tient à être utile. Mansour a déclaré que les éditeurs du site avaient récemment été interrogés: Comment puis-je me rendre à des conférences? «Je ne savais pas», a-t-elle déclaré lors d'un entretien téléphonique. "J'ai donc posé la question à un groupe de personnes sur Twitter, je l'ai édité et condensé."

Ceci est devenu la ressource de Hazine, "Un guide pour les assemblées annuelles: comment soumettre des articles, des panels et plus encore!" Le petit guide s'appuie sur les conseils offerts par neuf universitaires différents et est adapté aux rencontres annuelles de l'American Academy of Religion et de la Middle East Studies Association.

(Vous aimez cet article? Abonnez-vous à notre newsletter gratuite.)

En grande partie, Mansour a déclaré: «Collaborer avec le public, c'est simplement parler aux gens.» À titre d’exemple, elle a évoqué les projets de Hazine de traduire ses ressources en arabe.

«Une grande partie de la motivation pour commencer à traduire est venue de parler aux gens en Égypte lorsque j'y vivais – d'avoir des conversations avec des gens à Dar al-Kutub al-Misriyya (la Bibliothèque nationale et les archives d'Égypte) et à Al-Azhar (Bibliothèque universitaire ). »

Rendre la recherche conviviale

Tine Lavent, bibliothécaire et éducatrice basée au Caire, a déclaré par e-mail qu'elle trouvait Hazine «extrêmement utile» car elle la tenait au courant «de ce qui est nouveau (et plus ancien mais tout aussi important) dans les études sur le Moyen-Orient et les études islamiques». Elle a ajouté que Hazine est en train de devenir un point focal «où des personnes de toutes sortes de milieux – étudiants, chercheurs et bibliothécaires – peuvent commencer à trouver ce dont elles ont besoin.

«Le milieu universitaire peut parfois être un endroit effrayant», a déclaré Lavent, «mais ils parviennent à le rendre convivial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *