Catégories
Actualité Palestine

Après un barrage de ballons explosifs, Israël ferme son point de passage avec Gaza

11 août 2020

Israël a fermé le passage de marchandises de Kerem Shalom avec la bande de Gaza le matin du 11 août. La décision a été prise la nuit précédente, après une longue journée de ballons chargés d'explosifs atterrissant dans les territoires israéliens et enflammant au moins 30 feux de brousse. Selon les autorités israéliennes, aucun blessé n’a été signalé, mais 400 dunams (99 acres) de terres dans la forêt de Be’eri ont été incendiés. Le 10 août également, le Hamas a lancé un barrage d'au moins quatre roquettes vers la mer Méditerranée. Une source palestinienne a déclaré que le barrage devrait servir de message à Israël, pour lui faire savoir que les groupes armés à Gaza ne "resteront pas silencieux" face à une "agression" israélienne. Des images du lancement ont été publiées en ligne, des résidents palestiniens applaudissant sur le site.

Un communiqué publié par le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) indiquait que le point de passage serait fermé à partir du matin du 11 août "jusqu'à nouvel ordre". Il a ajouté que «la décision a été prise à la suite de délibérations sur la sécurité et à la lumière des attaques terroristes répétées commises par des organisations terroristes dans la bande de Gaza contre des citoyens israéliens, ce qui est une violation de la souveraineté israélienne.» Toujours selon COGAT, le carburant et l'aide humanitaire , y compris la nourriture, continueraient d'être autorisés dans la bande de Gaza.

Peu de temps après la fermeture du terminal de Kerem Shalom, les autorités israéliennes ont détecté deux nouveaux feux de brousse, apparemment déclenchés par des ballons incendiaires. Les chefs des conseils locaux et régionaux du sud d'Israël, près de la frontière de Gaza, ont appelé à une réponse au lancement des ballons. "Les habitants paient un lourd tribut. Le gouvernement doit mettre de côté leurs différends et les régler", ont déclaré les chefs des conseils.

Les tensions à la frontière entre Israël et Gaza se sont intensifiées la semaine dernière, avec des ballons incendiaires lancés quotidiennement depuis Gaza. Le 2 août, une roquette tirée sur la ville méridionale de Sderot a été interceptée par le système de défense antimissile Iron Dome. Par la suite, des avions de combat israéliens ont frappé plusieurs sites du Hamas dans le centre et le sud de la bande de Gaza. Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont déclaré que leurs avions de combat avaient frappé une cimenterie utilisée dans la construction d’infrastructures souterraines et «d’installations souterraines utilisées par le groupe terroriste du Hamas». Le 9 août, Tsahal a déclaré que les Palestiniens avaient tiré sur les troupes israéliennes près de la barrière frontalière. Les troupes sont arrivées dans la zone à la suite d'informations faisant état de coups de feu à l'endroit où des techniciens réparaient la clôture.

La semaine dernière, des experts israéliens ont déclaré que le Hamas n'était pas intéressé à générer une nouvelle vague de violence avec Israël. Pourtant, selon un rapport Haaretz (citant une source palestinienne proche du Hamas), la campagne des ballons incendiaires n'est pas une coïncidence, mais conçue pour relier un message à Israël et à la communauté internationale. Au cours des derniers mois, Israël et le Hamas ont négocié indirectement un accord d'échange de prisonniers. Israël avait laissé entendre qu'il serait prêt à avancer avec un tel accord en guise de geste humanitaire sur fond de crise des coronavirus. Le Hamas accuse désormais Israël d'avoir refusé de conclure l'accord, qui devrait également inclure l'avancement des projets de développement et d'infrastructure dans la bande de Gaza.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *