Catégories
Actualité Palestine

Les autorités israéliennes ordonnent des démolitions et déplacent des Palestiniens à Jérusalem-Est (VIDEOS)

Les forces israéliennes encerclent 3 maisons dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est, en vue de leur démolition. (Photo: via Twitter)

Trois frères palestiniens et leurs familles se sont retrouvés sans abri aujourd'hui après que la municipalité israélienne de Jérusalem-Ouest ait démoli leur immeuble de trois appartements dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est sous prétexte de construire sans permis, a rapporté l'agence de presse palestinienne WAFA.

Dans le même temps, deux autres résidents palestiniens de Jérusalem-Est ont été contraints de démolir leurs maisons par eux-mêmes sur ordre de la municipalité israélienne pour des travaux de construction sans permis ou ont été forcés de payer des frais élevés si la démolition était entreprise par le personnel municipal. .

À Silwan, la police israélienne et le personnel de la municipalité de Jérusalem-Ouest ont escorté des bulldozers dans le quartier de Wadi Qaddum où ils ont bouclé l'immeuble de trois appartements avant que les bulldozers ne procèdent à sa démolition, déplaçant plus de 25 personnes.

Les propriétaires des appartements ont été identifiés comme étant Wael Tahhan avec ses frères, Ala et Nader.

Un membre de la famille Tahhan a déclaré qu'en dépit de plusieurs tentatives pour demander le permis nécessaire, la municipalité israélienne ne leur a pas accordé le permis et leur a plutôt infligé une amende d'environ 74 000 dollars pour avoir construit sans permis.

Le centre d'information de Wadi Hilweh, un centre médiatique basé à Silwan, a publié une vidéo pour la démolition.

Pendant ce temps, Ibrahim Sabia et Khaled Abu-Taa ont été contraints de démolir leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem, prétendument pour avoir été construites sans permis.

Abu-Taa a souligné qu'il avait reçu un ordre de démolition après avoir construit sa maison il y a un an et demi. Bien qu'il ait réussi à geler l'ordre tout au long de cette période, un tribunal israélien a émis un ordre de démolition définitif en juillet, lui accordant un mois pour effectuer lui-même la démolition.

Selon le groupe de défense des droits israélien B'Tselem, «la destruction du quartier prive ses résidents du droit au logement, qui découle du droit à un niveau de vie suffisant tel qu'il est défini dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. .

«En outre, la quatrième Convention de Genève interdit à l’État occupant de détruire les biens des résidents du territoire occupé, qui bénéficient du statut de personnes protégées», a ajouté B’tselem.

(Palestine Chronicle, WAFA, médias sociaux)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *