Catégories
Actualité Palestine

Une famille palestinienne vivant dans une grotte est expulsée par les autorités israéliennes

Ahmed Amarneh et sa famille vivent dans une maison troglodyte après s'être vu refuser l'autorisation de construire une maison. (Photo: via Twitter)

Les autorités israéliennes ont menacé de démolir la grotte de Cisjordanie dans laquelle une famille palestinienne avait cherché refuge après s'être vu refuser l'autorisation de construire une maison, selon l'agence de presse AFP.

La maison d’Ahmed Amarneh est peut-être la première construite à l’intérieur d’une grotte que les autorités d’occupation israéliennes ont menacé de détruire.

Amarneh, un ingénieur civil de 30 ans, vit avec sa famille dans le village de Farasin, au nord de la Cisjordanie, où Israël insiste sur le fait qu'il doit approuver toute nouvelle construction résidentielle et démolir les maisons construites sans permis.

«J'ai essayé deux fois de construire (une maison), mais les autorités d'occupation m'ont dit qu'il était interdit de construire dans la région», a déclaré Amarneh à l'AFP.

Les accords de paix d'Oslo des années 90 ont donné aux Palestiniens l'autonomie dans certaines parties de la Cisjordanie.

Cependant, environ 60% de la Cisjordanie, surnommée la zone C, reste sous le contrôle civil et militaire israélien. Farasin se trouve dans cette zone.

Les Nations Unies considèrent la zone C comme un territoire palestinien occupé.

Mais Israël y attribue de plus en plus de terres pour la construction de colonies qui sont illégales au regard du droit international.

Convaincu qu'il n'obtiendrait jamais l'approbation israélienne pour construire une maison dans son village, Amarneh a jeté son dévolu sur une grotte dans les contreforts surplombant Farasin.

Amarneh a déclaré qu'il pensait qu'en tant que formation naturelle ancienne, Israël ne pouvait pas prétendre que la grotte avait été construite illégalement, tandis que l'Autorité palestinienne (AP) a accepté d'enregistrer la terre à son nom. Il a scellé l'entrée de la grotte avec un mur de pierre et a installé une porte en bois en son centre.

Amarneh a déclaré à l'AFP qu'il y vivait depuis un an et demi, mais qu'il a reçu un avis de démolition des autorités d'occupation israéliennes en juillet, ainsi que 20 autres familles palestiniennes à Farasin.

La branche militaire israélienne responsable des affaires civiles en Cisjordanie, COGAT, a déclaré à l'AFP que des avis de démolition avaient été signifiés à certaines résidences de Farasin en raison de "structures construites illégalement, sans les permis et approbations nécessaires".

Ces démolitions ont commencé lundi, les troupes israéliennes détruisant une maison à Farasin et un réservoir d'eau, a déclaré un photographe de l'AFP.

Amarneh, dont le domicile n'a pas été visé lundi, avait déclaré à l'AFP qu'il était «surpris» d'apprendre qu'il avait construit quelque chose de manière illégale.

«Je n’ai pas fait la grotte. Il existe depuis l'antiquité », dit-il en tenant sa jeune fille dans ses bras. «Je ne comprends pas comment ils peuvent m'empêcher de vivre dans une grotte. Les animaux vivent dans des grottes et ne sont pas jetés. Alors, laissez-les me traiter comme un animal et laissez-moi vivre dans la grotte.

(Al-Araby Al-Jadeed, PC, médias sociaux)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *