Catégories
Actualité Palestine

La région du Kurdistan irakien enregistre le plus grand nombre de cas de COVID-19 quotidiens

12 août 2020

La région du Kurdistan irakien connaît des niveaux records de cas de COVID-19, et un éminent politicien a annoncé qu'il avait contracté le coronavirus.

Le nombre de cas est en augmentation constante dans la région autonome depuis juin. Mardi, la région a enregistré un record quotidien de 653 cas de coronavirus. Mercredi, 566 cas ont été enregistrés – le deuxième bilan quotidien le plus élevé jamais enregistré, selon les statistiques du gouvernement régional du Kurdistan (KRG).

La province de Sulaimaniyah a connu le pire, avec plus de 9 500 cas à ce jour. Erbil, la capitale de la province, a enregistré plus de 7 300 cas. La province de Dahuk, moins peuplée, n'a enregistré qu'environ 1 400 cas, selon le KRG.

Le parti de l'Union patriotique du Kurdistan domine Sulaimaniyah. Mardi, son coprésident a annoncé qu'il était atteint du coronavirus.

«Je suis en bonne santé et je récupère bien», a déclaré Lahur Talabany dans un tweeter. «J'exprime ma reconnaissance et ma gratitude à tous ceux qui travaillent pour lutter contre le virus et j'exhorte tout le monde à continuer à se protéger.»

Plusieurs membres du parlement du KRG ont également contracté le virus, mais Talabany est de loin le politicien le plus en vue à avoir été testé positif dans l'état.

Les autorités de l'ARK ont alterné entre l'institution et l'annulation de mesures de verrouillage depuis mars. La semaine dernière, le ministère de l'Intérieur a ordonné la fermeture de parcs et de cafés pour atténuer l'épidémie. Le pic actuel pourrait être dû au rassemblement de personnes pour la fête musulmane de l'Aïd al-Adha fin juin, selon le média kurde Rudaw.

Les fermetures d'entreprises ont nui à une économie kurde déjà sous le choc. Les salaires de nombreux fonctionnaires ont été retardés de plusieurs mois. L’interdiction par le gouvernement fédéral de la plupart des vols commerciaux a piégé de nombreux travailleurs étrangers dans la région du Kurdistan jusqu’à la reprise des vols réguliers ce mois-ci. Les manifestants se sont rassemblés à Sulaimaniyah et dans les petites villes aujourd'hui pour appeler à des élections anticipées dans le KRG.

La situation sur le territoire du gouvernement fédéral en Irak est tout aussi alarmante. Ces zones enregistrent environ 2 500 cas par jour, selon le ministère irakien de la Santé. Le mois dernier, certains médecins irakiens ont déclaré à Al-Monitor qu'ils étaient victimes d'abus de la part de familles qui blâment les professionnels de la santé pour les décès dus au COVID-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *