Catégories
Actualité Palestine

Ce que les Libanais nés dans les années 80 ont dû traverser jusqu'à présent

Des mots sont écrits par des citoyens libanais devant la scène de l'explosion de mardi qui a frappé le port de Beyrouth, au Liban, dimanche 9 août 2020. La fureur du public face à l'explosion massive à Beyrouth a pris un nouveau tournant samedi soir alors que les manifestants ont pris d'assaut les institutions gouvernementales et se sont affrontés pendant des heures avec les forces de sécurité, qui ont répondu par de fortes salves de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc. (Photo AP / Hussein Malla)

Hier, je suis tombé sur un article du New York Times de 1984 écrit par Thomas Friedman sur la «jeunesse hantée du Liban» et sur la dureté de la vie de ceux «qui ont grandi au cours des neuf dernières années de guerre civile. Ils se réveillaient juste sur le monde, commençaient tout juste à lire les journaux, quand la guerre a époustouflé leur adolescence avant même de savoir qu'elle était partie ».

Cela m'a fait réfléchir à ce que les Libanais nés dans les années 80 comme moi ont dû traverser jusqu'à présent, et un article qui circule maintenant en ligne m'a aidé à me rafraîchir la mémoire sur tous les événements malheureux et tragiques que nous avons rencontrés, et ils sont nombreux!

Voici un aperçu:

– Guerre civile 1975-1990
————————————–
– Fuir la maison: J'avais 2 ans lorsque nous avons été expulsés de notre village (district de Jezzine) en raison d'affrontements entre guérilleros palestiniens et milices libanaises. Nous nous sommes d'abord enfuis à Beyrouth pour rester chez des amis, puis nous nous sommes retrouvés à Keserwan.
– Guerre de montagne: Une guerre sanglante entre les milices druzes et chrétiennes qui a conduit à des massacres et à des milliers de personnes fuyant leurs maisons.
– Guerres Aoun-Geagea 1989-1990: Je me souviens que notre maison était juste sur la plage de Jounieh et nous avons vu les bombes tomber dans la mer pendant que les navires tentaient de fuir vers Chypre. Vers la fin de la guerre, deux balles ont traversé notre fenêtre où mes frères et moi dormons, brisé le verre et nous sommes installés dans une veste dans notre casier. Heureusement, nous dormions tous et personne n'a été blessé. Ajoutez à cela la précipitation quotidienne pour bombarder les abris et rester dans un appartement avec toute la famille.
– Bombardement de l'église Sayyidat Al-Najat: Nous roulions de près au moment du bombardement. Il n'y avait pas de médias sociaux pour comprendre ce qui s'était passé tout de suite, et c'était un événement tragique qui a secoué le pays pendant des mois.
– Opération Grapes of Wrath (guerre d'Israël contre le Liban): Frappes aériennes massives et bombardements massifs dans le sud du Liban. Nous suivions tous les nouvelles et les scènes du massacre de Qana où Israël a bombardé un complexe de l'ONU nous hanteront pour toujours.

– Invasion syrienne (1990 – 2005)
——————————-

– bombardements et invasion de Baabda: Des hommes de l'armée syrienne envahissent le palais de Baabda, capturent et tuent des soldats libanais. Un chapitre sombre de l’histoire du Liban.
– Résister à l'occupation syrienne: Participer à des manifestations, se faire tabasser et interroger par les forces de sécurité, être témoin de la violence exercée contre de jeunes étudiants tenant des drapeaux libanais et demandant un État souverain. Malheureusement, il existe de nombreuses similitudes entre ce qui s’est passé ces dernières années et l’époque de l’hégémonie syrienne.

– Attentats et assassinats à Beyrouth:
Cela a commencé avec Marwan Hamadeh puis Rafik Hariri, Samir Kassir, George Hawi, Gebran Tueni, Walid Eido, Pierre Gemayel, Antoine Ghanem, Francois el Hajj, Wissam Eid, Mohammad Chata7, Elias el Murr & May Chidiac. Seules les tentatives de Chidiac, el Murr et Hamadeh n'ont pas abouti.

Ajoutez à cela plusieurs alertes à la bombe dans les centres commerciaux, les centres commerciaux et les lieux religieux. Nous avons même eu une alerte à la bombe sur mon lieu de travail et tout le monde a paniqué.

– Révolution du cèdre 2005:
Le 14 mars 2005 a été une journée glorieuse mais les événements qui l'ont conduit ont été accablants et tendus.

L'ère de l'hégémonie post-syrienne (2005-2020)

– Guerre d'Israël de 2006: Un autre cycle qui a été témoin de nouvelles agressions et destructions israéliennes.

– Bataille de Nahr el Bared 2007: Une guerre sanglante avec un groupe islamiste qui a conduit au martyre de plus de 170 soldats et en a blessé 400 autres. Trois mois de combats continus pendant que certaines parties politiques tentaient de soutenir les efforts de l'armée.

– Conflit de Beyrouth en 2008: Le Hezbollah et ses alliés se heurtent à Future Movement, PSP et prennent le contrôle de la capitale pendant plus d'un an. Cela fait suite à une décision du gouvernement de fermer les télécommunications du Hezbollah.

– Affrontements de Sidon 2013: Le village où l'armée a affronté Ahmad el Assir et ses militants était à 5 minutes de mon village.

– Attentats suicides de 2016: Le village d'Al Qaa a été le plus touché par cette vague de kamikazes en provenance de Syrie, mais tout le monde a été terrorisé par tous les messages circulant sur un potentiel kamikaze errant dans les régions libanaises.

– Opération Fajr Al Jouroud 2017: L'armée écrase l'EIIS et les expulse définitivement du Liban.

– Révolution d'octobre 2019

2020 (jusqu'à présent):
– Crash de Lira
– Pire crise économique à frapper le Liban
– Pénurie de carburant, pénurie alimentaire.
– Pandémie de covid19

Et l'événement le plus récent a été l'explosion du port de Beyrouth.

Ce ne sont que des titres (je suis sûr que certains me manquent), sans mentionner les événements qui ont conduit à chacun, et les sentiments d'incertitude, d'insécurité et de peur qui les entourent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *