Catégories
Actualité Palestine

L'Arabie saoudite renonce aux efforts du Pakistan pour rétablir les relations – Middle East Monitor

Les efforts du Pakistan pour rétablir les relations avec l’Arabie saoudite ont été snobés par le prince héritier Mohamed ben Salmane. Le dirigeant de facto du royaume a refusé de rencontrer le chef de l’armée d’Islamabad, Qamar Javed Bajwa, qui se trouvait dans l’État du Golfe pour rétablir les liens entre les deux pays.

Bajwa, qui a commencé sa visite en Arabie saoudite lundi, est rentré chez lui après s'être vu refuser une réunion avec ben Salmane, connu sous le nom de MBS. Au lieu de cela, Bajwa a dû se contenter d’une réunion avec le frère cadet de l’homme de 34 ans, le vice-ministre de la Défense Sheikh Khalid bin Salman, et le général de division Fayyad Al Ruwaili, chef d’état-major du royaume.

Il a été rapporté que Bajwa a exprimé ses regrets face aux commentaires du Ministre pakistanais des affaires étrangères, Shah Mahmood Qureshi, qui ont irrité les Saoudiens. Qureshi a insisté sur le fait que l'Organisation de la Conférence islamique (OCI), largement dominée par l'Arabie saoudite et les États arabes du Golfe, doit faire preuve de leadership sur la question du Cachemire.

Le commentaire a été accueilli avec fureur à Riyad. L'Arabie saoudite a mis fin à son prêt et à son approvisionnement en pétrole au Pakistan, ce qui a provoqué une dispute diplomatique entre les deux pays qui étaient traditionnellement des alliés.

LIRE: Trump s'attend à ce que l'Arabie saoudite rejoigne l'accord de paix entre les Émirats arabes unis et Israël

Lors de la réunion de Riyad, Bajwa aurait présenté une proposition de réunion du groupe de contact de l'OCI sur le Cachemire en marge de la réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies qui se tiendra sous la Turquie. Il n'est pas clair cependant si les Saoudiens accepteront une telle réunion à la lumière de leur récente hostilité envers Ankara.

Les Saoudiens se sont méfiés de toute initiative qui permettrait la création d'un bloc composé du Pakistan, de la Turquie, de la Malaisie et de l'Iran. On pense que ce sentiment a été transmis à Bajwa qui a appris que la coopération entre le Pakistan et la Turquie est inacceptable pour Riyad.

Des sources en Inde ont signalé que si le Pakistan refusait d’accepter la demande de l’Arabie saoudite, la nation du Golfe, riche en pétrole, pourrait annuler son investissement de 20 millions de dollars dans le port de Gwadar. Une telle initiative ne fera que déplacer le Pakistan vers la Turquie.

Dans un mouvement qui est susceptible d'élargir le fossé entre le Pakistan et le bloc des pays du Golfe dirigé par les Émirats arabes unis, Imran Khan a déclaré que son pays ne reconnaîtrait pas Israël tant que la question de Palestine ne serait pas résolue. Il a suggéré que l’acceptation de l’État d’Israël équivaut à renoncer à la position du Pakistan sur le Jammu-et-Cachemire illégalement occupé qui a été saisi par l’Inde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *