Catégories
Actualité Palestine

Il est temps de mettre fin à l'impunité d'Israël – Middle East Monitor

Le plan israélien d'annexion de ce qui reste de la Palestine nous conduit à une conclusion simple: il est temps pour les peuples épris de liberté du monde de prendre des mesures concertées pour s'opposer au plan de paix Trump-Netanyahu. Ce plan de paix mal nommé a un seul avantage: il a révélé l’intention d’Israël de coloniser la Palestine et d’anéantir l’idée d’une Palestine souveraine et viable. Il s’agit d’une tentative de régulariser le contrôle par Israël des terres illégalement occupées, dont les Palestiniens sont chassés depuis 1948.

Le plan est un accord unilatéral conçu par Trump en collusion avec Netanyahu, qu'ils ont l'intention d'imposer aux Palestiniens. C'est la pratique standard des États-Unis et d'Israël. Le peuple palestinien a, depuis le début de l'occupation israélienne, été poussé à céder de plus en plus aux demandes d'Israël; en revanche, aucune pression n'a été exercée sur Israël pour qu'il cesse de violer le droit international.

«Je ne manquerai pas l’occasion d’annexer la Cisjordanie» – Cartoon (Sabaaneh / MiddleEastMonitor)

Nous savons tous que le plan actuel est une violation directe de la résolution 446 (1979) du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui a déterminé que la politique israélienne d'établissement de colonies dans les territoires palestiniens et arabes occupés depuis 1967 n'a aucune validité juridique.

En outre, la quatrième Convention de Genève empêche Israël de prendre des mesures qui entraîneraient un changement de statut juridique, de nature géographique et "affectant sensiblement la composition démographique des territoires arabes occupés depuis 1967, y compris Jérusalem" et surtout "de ne pas transférer une partie de sa propre population civile dans les territoires arabes occupés ».

Parce que le plan actuel est manifestement illégal, l'alliance américano-israélienne utilise la coercition pour forcer les Palestiniens à se soumettre. Il n’est donc pas surprenant que Trump ait annoncé le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem, la réduction de l’aide à l’UNRWA, la fermeture des bureaux de l’OLP aux États-Unis et reconnu la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan. En plus de ces actions flagrantes, le plan part du principe que les Palestiniens renoncent à leur droit à la justice internationale devant la CPI.

La préoccupation d’Israël à l’égard de la Turquie: la Libye à l’ouest, l’Azerbaïdjan à l’est

La politique d’Israël vis-à-vis de la Palestine repose depuis sa création sur trois facteurs; l'occupation militaire, l'annexion continue des terres palestiniennes et un système fondé sur l'inégalité pour les Palestiniens. Cette politique a été activement poursuivie depuis la première expulsion de Palestiniens en 1948 (la Nakba).

Malgré les torts subis par les Palestiniens, de nombreux pays puissants de la communauté internationale sont restés inactifs et ont mis la responsabilité du règlement du conflit à la porte des Palestiniens. Malgré le sacrifice palestinien, le peuple palestinien n'est pas contre la paix; en fait, comme tous les autres peuples du monde, ils aspirent à une vie de paix et de prospérité.

Un processus de paix, qui ne cherche pas à répondre aux exigences fondamentales de la Palestine, ne peut réussir. Les accords de paix d'Oslo en sont un bon exemple. Il est évident que les accords de paix d'Oslo ont échoué; ils n'ont pas apporté la paix et il n'y a certainement pas d'accord sur la résolution du conflit. Le processus était défectueux dès le départ, car il ne proposait pas de résultats concluants, en fait, il reposait sur un consensus futur et une approche graduelle. Cette approche a donné à Israël la possibilité de maintenir et de renforcer son contrôle tout en imposant la responsabilité de la sécurité aux Palestiniens.

L'accord ne traitait pas de manière constructive les revendications fondamentales des Palestiniens – le droit au retour, la fin de l'annexion et la restitution des terres obtenues illégalement, la création d'un État palestinien souverain avec Jérusalem pour capitale et la libération des prisonniers politiques.

LIRE: Israël est le poignard de l'Amérique

Alors qu'il existe des forces puissantes soutenant Israël, de plus en plus de gens dans le monde ont compris et soutenu la quête palestinienne de liberté. Au cours des dernières années, des millions de personnes dans tous les coins du globe ont affirmé leur soutien à la Palestine et protesté contre les actions illégales d'Israël. Ce soutien provient de tous les secteurs de la société.

L’approche alternative pourrait être de faire confiance au pouvoir du peuple, par l’intermédiaire de ses représentants publiquement élus, d’exercer des pressions sur leurs gouvernements pour qu’ils fassent ce qui est juste et juste pour les Palestiniens.

Ces représentants pourraient:

  • Condamnez le plan de paix Trump-Netanyahu.
  • Sanctionner la violation du droit international par Israël, notamment en expulsant Israël de l’Organisation des Nations Unies.
  • Appel à des sanctions économiques contre Israël s'ils continuent sur cette trajectoire.
  • Reconnaître que l’imposition du plan de paix peut entraîner le démantèlement du cadre juridique international et plonger la région du Moyen-Orient dans une plus grande instabilité.
  • Opposez-vous aux efforts visant à normaliser les relations avec Israël, car cela n'est fait que pour saper la cause du peuple palestinien et avoir un impact sur le statut d'Al-Qods.

Il est nécessaire de créer un sentiment d'espoir et cela n'est possible que si, au départ, il y a un accord qu'Israël respecte d'abord ses obligations en vertu du droit international de cesser toutes les activités qui violent le droit international et qu'il se conforme aux règles imposées. l'armée israélienne.

Des manifestants se sont rassemblés devant l'ambassade d'Israël dans le centre de Londres, à l'appui de la marche anniversaire de Gaza de la `` Grande marche du retour '', à Londres, Royaume-Uni, le 30 mars 2018 (Forum palestinien en Grande-Bretagne)

Des manifestants se sont rassemblés devant l'ambassade d'Israël dans le centre de Londres, au Royaume-Uni, le 30 mars 2018 (Forum palestinien en Grande-Bretagne)

Nous devons maintenir notre objectif de créer une Palestine libre. Un processus de paix ne peut commencer que si les conditions fondamentales suivantes sont remplies, à savoir la fin immédiate de toute annexion, la restitution des terres à leurs propriétaires d'origine, l'acceptation du droit au retour de tous les Palestiniens, la libération immédiate de tous les prisonniers politiques, et le droit des Palestiniens à avoir un État souverain viable avec Jérusalem pour capitale.

LIRE: L'Iran et la nouvelle réalité dans le Golfe après la normalisation EAU-Israël

Les opinions exprimées dans cet article appartiennent à l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Monitor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *