Catégories
Actualité Palestine

L'AP se lève pour faire échouer les Palestiniens à chaque occasion

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. (Photo: fichier)

Par Ramona Wadi

Il est dommage que le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ait perdu tant de temps à déclarer que personne n’a le droit de «parler au nom du peuple palestinien». La déclaration a été faite dans le contexte de l'accord négocié par les États-Unis normalisant les relations entre les Émirats arabes unis et Israël, qui aurait bloqué l'annexion de terres de la Cisjordanie occupée pour une période indéfinie.

L’accord exacerbe l’isolement de la Palestine dans la région; en particulier, cela signifie le début d'un consensus tacite sur le moment où Israël décide qu'il est temps de reprendre l'annexion. Pour le peuple palestinien, une autre série d '«attente» a été lancée – une tactique très appréciée par la communauté internationale pour écarter les demandes politiques palestiniennes.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a pas exclu l'annexion; le seul changement est que maintenant il y a un contexte aux déclarations vagues antérieures. La normalisation des relations est l’option la plus simple et celle qui est susceptible d’éviter un examen non désiré pour Israël.

La normalisation n'aurait pas dû être une surprise, après tout, Netanyahu avait déclaré à plusieurs reprises qu'Israël serait en mesure de tisser des liens avec les pays arabes et les États du Golfe puisque la cause palestinienne n'était plus une priorité absolue dans la région. Est-ce une surprise de voir que l'Initiative de paix arabe de 2002 a promu le concept de normalisation, bien que lié au compromis à deux États?

Pourtant, avant l'annonce, l'AP n'avait aucun scrupule à promouvoir l'Initiative de paix arabe. Jusqu'au mois dernier, ce paradigme était approuvé par le secrétaire général de l'OLP Saeb Erekat, dans le cadre du «programme national» de l'OLP.

Si «programme national» était remplacé par «impositions internationales», une vérité plus claire émergerait. Il faut s’attendre à la réaction de l’Autorité palestinienne à l’accord entre les Émirats arabes unis et Israël, mais elle fait également une exception qui exclut toutes les impositions imposées au peuple palestinien qui ont modifié la cause palestinienne au-delà de toute reconnaissance. L'Autorité palestinienne ne s'est jamais tournée vers l'intérieur pour consulter le peuple palestinien.

Il s'est frayé un chemin aveuglément à travers des cadres et des résolutions internationaux, suivant une illusion d'État qui ne s'est jamais produit, car il a été créé pour promouvoir le discours international sur la Palestine.

Non seulement l'Autorité palestinienne n'a pas réussi à promouvoir le récit et les revendications politiques palestiniennes. Elle a permis à la communauté internationale de déterminer ce que devrait être la Palestine, notamment en approuvant le compromis et les concessions à deux États concernant le droit au retour des Palestiniens. À chaque perte, l'Autorité palestinienne s'est motivée à œuvrer pour de nouvelles pertes, aux côtés des dirigeants et des pays qui font des déclarations duplicites aux Palestiniens.

La France, autrefois considérée comme un alliée pour avoir aidé les Palestiniens à rédiger des résolutions de l'ONU, a salué la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël. Qu'est-ce que l'Autorité palestinienne a réalisé pour les Palestiniens si ce n'est d'accentuer et de promouvoir une nouvelle perte de territoire et une érosion constante des droits politiques?

Comment l'AP réagira-t-elle à cette tournure des événements? Une autre conférence internationale inutile? Faire du lobbying pour le compromis défunt à deux États? Le peuple palestinien est oublié même dans le contexte de cet accord de normalisation.

Erekat a déjà estimé que l'accord entre les Émirats arabes unis et Israël «tuera» le compromis à deux États. Que l'Autorité Palestinienne puisse régulièrement se montrer à la hauteur de l'occasion d'échouer les Palestiniens est un spectacle macabre, au-delà de tout embarras politique.

– Ramona Wadi est rédactrice pour Middle East Monitor, où cet article a été initialement publié. Elle a contribué cet article à la Palestine Chronicle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *