Catégories
Actualité Palestine

Israël frappe Gaza pour la troisième semaine malgré la médiation qatarie-égyptienne

Des avions de combat israéliens ont frappé une cible du Hamas dans la bande de Gaza bloquée pendant la nuit, a déclaré l'armée mercredi, alors même qu'un envoyé qatari a uni ses efforts pour négocier la fin de la flambée de près de trois semaines.

Coronavirus: Gaza impose un couvre-feu après avoir détecté les premières infections en dehors des installations de quarantaine

Lire la suite "

L'enclave palestinienne a subi le plus gros de l'escalade de l'action militaire, avec des bombardements presque quotidiens depuis le 6 août, alors qu'elle n'a plus que quatre heures d'électricité par jour après qu'Israël a bloqué les livraisons de carburant.

Israël accuse les ballons incendiaires qui, selon lui, viennent de Gaza, qui ont provoqué des incendies sur des terres agricoles dans le sud d'Israël.

"Pendant la journée, des ballons explosifs et incendiaires ont été lancés de la bande de Gaza vers Israël", a déclaré l'armée israélienne.

"En réponse … des avions de combat et (d'autres) avions ont frappé une infrastructure souterraine appartenant à l'organisation terroriste du Hamas dans le sud de la bande de Gaza."

Les ballons incendiaires sont largement considérés comme une tentative du Hamas d'améliorer les conditions d'une trêve informelle en vertu de laquelle Israël s'est engagé à alléger son blocus de 13 ans en échange du calme à la frontière.

Médiation égypto-qatari

Mais jusqu'à présent, la réponse d'Israël a été de resserrer le blocus. Il a interdit aux pêcheurs de Gaza d'aller en mer et a fermé son passage de marchandises avec le territoire, ce qui a entraîné la fermeture de l'unique centrale électrique de Gaza faute de carburant.

Une délégation égyptienne a fait la navette entre les deux parties pour tenter de négocier un renouvellement de la trêve et, mardi soir, l'envoyé du Qatar à Gaza, Mohammed el-Emadi, est entré sur le territoire pour se joindre à l'effort de médiation.

Le dernier cessez-le-feu convenu, qui a déjà été renouvelé à plusieurs reprises, a été soutenu par des millions de dollars d'aide financière de l'État du Golfe riche en gaz.

Des sources proches de l'envoyé ont déclaré à l'AFP qu'il distribuait une nouvelle tranche de 30 millions de dollars pour le décaissement aux familles nécessiteuses de l'enclave appauvrie.

Des sources proches du Hamas disent qu'il souhaite également d'autres mesures pour améliorer les conditions de vie dans le territoire où le chômage dépasse 50 pour cent.

Ils incluent l'extension d'une zone industrielle à l'est de Gaza, la construction d'une nouvelle ligne électrique et une augmentation du nombre de permis de travail israéliens délivrés aux Gazaouis une fois les restrictions anti-coronavirus levées.

Lundi, les autorités du Hamas ont annoncé un verrouillage de 48 heures sur le territoire après que quatre cas de virus ont été confirmés dans un camp de réfugiés de la bande de Gaza.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *