Catégories
Actualité Palestine

La couverture médiatique britannique du terrorisme met «  l'accent de manière disproportionnée sur les musulmans ''

Plus de la moitié des reportages britanniques au cours des cinq dernières années mentionnant le terrorisme, le terrorisme ou la terreur font également référence aux musulmans ou à l'islam, selon un rapport publié mercredi.

C'est presque neuf fois plus que le montant par rapport aux auteurs identifiés comme "d'extrême droite", "néonazi" ou "suprémaciste blanc", selon l'analyse du Conseil musulman du Centre britannique de surveillance des médias.

Rizwana Hamid, directeur du conseil, a déclaré qu'il y avait une "concentration disproportionnée" sur les musulmans et que les titres utilisant des termes tels que "Allahu Akbar" impliquaient que "la religion est toujours le facteur de motivation".

Comment les journaux d'élite américains ignorent les victimes musulmanes du terrorisme

Lire la suite "

"Alors qu'il semble maintenant y avoir une reconnaissance de l'importance de la cohérence et de l'ampleur de la menace d'extrême droite parmi les radiodiffuseurs, et la plupart de la presse, il reste encore un long chemin à parcourir", a déclaré Hamid.

«Des incohérences persistent, avec une concentration disproportionnée sur les musulmans.

"Pire encore, les gros titres utilisant des termes religieux tels que 'Allahu Akbar' impliquent que la religion est toujours le facteur de motivation, ignorant d'autres facteurs tels que les antécédents criminels et les problèmes de santé mentale qui peuvent être en jeu, et qui sont souvent mentionnés lorsque l'auteur n'est pas Musulman.

Amélioration de la qualification de «  terroristes '' d'extrême droite

Le rapport, "Comment les médias britanniques rapportent le terrorisme", était basé sur une analyse de plus d'une douzaine d'attentats terroristes entre 2015 et 2020 en Amérique, en Grande-Bretagne et en Europe ainsi que sur les attentats de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

Le Conseil musulman a analysé plus de 230 000 articles publiés dans 31 sites Internet, magazines et fils de presse britanniques. Il a examiné les incohérences dans la couverture des attentats terroristes en fonction des antécédents de l'auteur.

Le rapport indique que la couverture médiatique du terrorisme a été "systématiquement incohérente".

«  Le pire de tous, les titres utilisant des termes religieux tels que 'Allahu Akbar' impliquent que la religion est toujours le facteur de motivation ''

– Rizwana Hamid, directrice du Conseil musulman de Grande-Bretagne

Le rapport a également révélé qu'entre octobre et décembre 2018, au moins un article en ligne sur quatre mentionnant un ou plusieurs identifiants de musulmans ou d'islam relevait du thème du terrorisme ou de l'extrémisme.

Une comparaison statistique des attaques terroristes au cours des 18 derniers mois a également montré une "réticence" à qualifier les attaques des suprémacistes blancs de "attaques terroristes" par rapport aux "soi-disant homologues musulmans", en particulier avec les médias de droite.

Les auteurs de l'analyse ont noté qu'il y avait eu des améliorations depuis l'attaque de Christchurch en mars de l'année dernière, au cours de laquelle le tireur Brenton Tarrant a tué 51 fidèles musulmans.

Il a indiqué que des "améliorations significatives" avaient été apportées l'année dernière, les termes "terreur", "terrorisme" et "terroriste" accompagnés par l'islam et les musulmans seulement deux fois plus souvent que "d'extrême droite", "néonazi" ou "suprémaciste blanc" en 2019.

Le rapport énonce un certain nombre de recommandations, notamment que les médias britanniques adoptent une définition cohérente, "transparente et publique" du terrorisme, évitent d'utiliser les gros titres avec le terme "Allahu Akbar" utilisé pour identifier un mobile et évitent de faire des plates-formes d'extrême droite et de blanc voix suprémacistes sauf dans un espace où elle peut être contextualisée et «suffisamment remise en cause».

"Dans notre interaction avec les directeurs éditoriaux, les rédacteurs en chef, les correspondants sécurité et les producteurs seniors, il y a généralement eu une volonté de réfléchir, et nous espérons que nos recommandations contribueront à améliorer les normes pour nous tous", a déclaré Hamid.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *