Catégories
Actualité Palestine

Le ministère britannique de l'Intérieur a fustigé une vidéo sur les migrants et leurs «  avocats militants ''

Le ministère de l'Intérieur a été critiqué après avoir publié un article en ligne dans lequel il expliquait comment il travaillait pour expulser des personnes n'ayant pas le droit de rester au Royaume-Uni.

La vidéo publiée mercredi a montré un graphique d'avions quittant le Royaume-Uni avec la légende «Nous travaillons pour expulser les migrants n'ayant pas le droit de rester au Royaume-Uni», et accusant des «avocats militants» représentant les migrants de tenter de perturber le système d'asile.

Il a également ajouté que bientôt le Royaume-Uni «ne sera plus lié par les lois de l'UE et pourra négocier ses propres arrangements de retour».

Suite à la pression des utilisateurs des réseaux sociaux, le département a retiré la vidéo.

Le clip supprimé, visionné plus d’un million de fois en moins de 24 heures, a suscité de vives critiques à l’encontre du ministère de l’Intérieur Priti Patel.

Les organes juridiques et les professeurs d’université ont condamné le message et déposé des plaintes auprès du haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, le secrétaire permanent Matthew Rycroft. Il renforcé que le message de la vidéo était que «les efforts pour faciliter les retours légitimes et légaux sont souvent contrariés par des individus et des avocats qui déposent des réclamations de dernière minute» – qui, a-t-il dit, étaient «sans fondement».

La dispute faisait suite à l'annonce que 12 migrants avaient été expulsés par le ministère de l'Intérieur sur un vol à destination de l'Europe continentale mercredi et qu'un autre vol de 23 migrants prévu jeudi avait été interrompu après qu'un grand nombre de contestations judiciaires de dernière minute aient empêché son départ.

Les 23 étaient représentés par les cabinets d'avocats Duncan Lewis, John Street ou Milestone, et tous étaient classés comme un risque pour eux-mêmes ou pour les autres détenus.

Le ministère de l'Intérieur a déclaré à Middle East Eye qu'il ne ferait plus de nouveaux commentaires sur la question et a plutôt orienté MEE vers les commentaires de Rycroft en réponse à Jonathan Portes, professeur d'économie au King's College de Londres.

Portes avait m'a dit que la vidéo et le message constituaient une «violation très claire» des normes de communication du gouvernement et a exhorté les bureaux de presse du département à «prendre note» afin que «le comportement inacceptable ne se répète pas».

Rycroft a déclaré qu'il "a clairement indiqué à l'équipe que ce message ne devrait plus être utilisé à partir des comptes du Home Office ou ailleurs par des fonctionnaires".

Hassan Akkad, un réfugié syrien vivant au Royaume-Uni, qui a traversé la Manche il y a cinq ans, a demandé des excuses publiques et des éclaircissements de la part du ministère de l'Intérieur. «Nous vivons dans une démocratie et personne ne devrait porter atteinte à la loi», at-il m'a dit.

Akkad est apparu dans une vidéo la semaine dernière qui a été projetée sur les falaises blanches de Douvres, dans laquelle il a détaillé ses expériences du périlleux voyage depuis la Syrie déchirée par la guerre. «La seule différence entre toi et moi est la chance», il expliqué dans le court clip.

Le clip était en réponse à des images diffusées plus tôt ce mois-ci par BBC Breakfast et Sky News de migrants et de réfugiés atteignant les côtes du Royaume-Uni dans des canots pneumatiques – des images qui ont été fortement critiquées pour être "déshumanisantes" et "voyeuristes", alors que les journalistes tentaient d'interviewer le les gens à bord et s'approchent de leurs dériveurs.

Avant la publication de la vidéo, les responsables du ministère de l'Intérieur avaient publié plusieurs déclarations au cours des deux derniers mois affirmant à plusieurs reprises que les «avocats militants» étaient des efforts frustrants pour renvoyer les migrants en France avec des «allégations vexatoires», bien qu'ils n'aient pas fourni d'exemples.

Amanda Pinto QC, présidente du Conseil du barreau, a déclaré que les avocats «faisaient simplement leur travail» et a condamné «l'utilisation d'un langage diviseur et trompeur qui sape la primauté du droit et ceux qui s'efforcent de le faire respecter».

La Law Society of England and Wales, un organisme professionnel indépendant qui œuvre dans le monde entier pour soutenir et représenter les avocats, a publié hier une déclaration dans laquelle elle condamnait la vidéo du Home Office faisant référence aux avocats spécialisés en droit de l'immigration qui fournissent des conseils juridiques aux migrants en tant qu '«avocats militants».

"Les atteintes à l'intégrité de la profession juridique portent atteinte à l'état de droit", a déclaré le président de la société, Simon Davis, dans le communiqué. "Dans les pays où les avocats sont incapables de faire leur travail par crainte d'intimidation, l'état de droit est affaibli. Les conséquences sont une société qui devient moins sûre, moins stable et moins juste.

"La réputation de la Grande-Bretagne au niveau international est étayée par notre réputation de démocratie, de fair-play et d'indépendance de notre système juridique", a ajouté Davis. "Cette indépendance dépend du fait que les avocats et les juges ne sont pas gênés ou intimidés dans l'exercice de leurs fonctions professionnelles et ne sont pas identifiés avec leurs clients ou les causes de leurs clients.

Plus de 5000 migrants sont arrivés au Royaume-Uni à bord de petits bateaux jusqu'à présent en 2020, 26 migrants dans trois bateaux se rendant au Royaume-Uni de l'autre côté de la Manche à bord de petits bateaux jeudi, selon le Home Office. Les forces frontalières britanniques, qui ont récupéré les migrants, ont confirmé qu'ils venaient du Soudan.

Plus tôt ce mois-ci, un garçon soudanais de 16 ans a été retrouvé mort sur une plage du nord de la France après avoir tenté de traverser la Manche avec un ami dans un petit bateau.

Depuis le 1er janvier, les autorités du nord de la France ont enregistré quelque 350 tentatives ou traversées impliquant plus de 4000 personnes, contre 203 tentatives et 2294 migrants pour l'ensemble de l'année 2019.

Le Ministère de la défense continuera d’envoyer des avions pour surveiller la Manche à la demande du ministère de l’Intérieur et envisage actuellement de déployer de petits bateaux de patrouille navale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *