Catégories
Actualité Palestine

L'ONU vote sur la prolongation du mandat des soldats de la paix dans le sud du Liban

Le Conseil de sécurité de l'ONU vote vendredi sur une résolution qui prolongerait d'un an le mandat de la mission de maintien de la paix de l'ONU dans le sud du Liban mais réduirait son plafond de 2 000 hommes en réponse à la pression américaine.

La résolution rédigée en France appelle également le gouvernement libanais à faciliter un "accès rapide et complet" aux sites demandés par les soldats de la paix de l'ONU pour enquête, y compris les tunnels traversant la Ligne bleue établie par l'ONU entre le Liban et Israël, que ce dernier accuse le Hezbollah de construire.

Le projet demande la liberté de mouvement de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Unifil) et l'accès sans entrave à toutes les parties de la Ligne bleue, et condamne «dans les termes les plus forts» toutes les tentatives de restreindre les mouvements de troupes de l'ONU et les attaques contre le personnel de la mission.

Des missiles israéliens frappent une ONG environnementale au sud du Liban: l'armée libanaise

Lire la suite "

S'il était approuvé, il donnerait aux États-Unis une victoire symbolique, mais il serait aussi presque certainement bien accueilli par de nombreux pays qui considèrent Unifil comme essentiel au maintien de la paix dans la région.

Le 29 juillet, le Secrétaire général Antonio Guterres a écrit au Conseil pour recommander un renouvellement de 12 mois du mandat d'Unifil, soulignant l'importance de maintenir un effectif élevé de troupes.

Alors que la résolution appelle à réduire le nombre maximum de soldats de 15 000 à 13 000 hommes, elle ne nécessiterait aucune réduction car son effectif actuel est d'environ 10 250 hommes.

Les 15 membres du conseil votent sur la résolution par courrier électronique en raison de la pandémie de coronavirus. Le président du Conseil de sécurité, l'ambassadeur indonésien à l'ONU Dian Triansyah Djani, a déclaré que les résultats seraient annoncés vendredi soir.

Le vote a commencé jeudi, un jour après que l'envoyé d'Israël à l'ONU, Gilad Erdan, ait déclaré qu'une fusillade menée plus tôt dans la semaine par le Hezbollah contre des soldats israéliens avait eu lieu entre deux postes de l'ONU.

Unifil a déclaré qu'elle ouvrait une enquête sur l'incident.

«Situation sécuritaire dégradée»

Unifil a été créé à l'origine pour superviser le retrait des troupes israéliennes après une invasion de 1978.

La mission a été élargie après une guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah afin que les soldats de la paix puissent se déployer le long de la frontière libano-israélienne pour aider les troupes libanaises à étendre leur autorité dans le sud de leur pays.

La résolution votée reconnaît << que la FINUL a exécuté avec succès son mandat depuis 2006 et a permis de maintenir la paix et la sécurité depuis lors >>, et le Conseil de sécurité autoriserait donc la réduction du plafond des effectifs de 15 000 à 13 000 hommes.

Le projet de résolution stipule que l’effectif de la force peut être augmenté à l’avenir en cas de «dégradation de la sécurité».

Sur les 10 250 soldats actuels qui font partie d'Unifil, plus de 9 400 sont des soldats terrestres et plus de 850 sont des membres du personnel naval affectés à sa force opérationnelle maritime.

Le projet de résolution affirmerait le "ferme attachement continu du Conseil de sécurité au mandat actuel de la FINUL".

Et cela réaffirmerait la nécessité que les forces armées libanaises se déploient dans le sud du Liban et dans ses eaux territoriales «à un rythme accéléré» pour mettre en œuvre une disposition clé du mandat.

Le projet demande à Guterres de présenter les premiers éléments d'un plan visant à améliorer «l'efficience et l'efficacité» d'Unifil dans un délai de 60 jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *