Catégories
Actualité Palestine

Accord Israël-EAU: la normalisation suscite des inquiétudes quant au changement de statut d'Al-Aqsa – Rapport

La normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis (EAU) pourrait avoir des impacts importants sur le statut sensible de la mosquée Al-Aqsa, a averti un rapport de l'ONG israélienne Terrestrial Jerusalem.

Le rapport a contesté le libellé en référence à Al-Aqsa dans une déclaration conjointe du président américain Donald Trump, du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du cheikh Mohammed ben Zayed, le prince héritier d'Abou Dhabi, le 13 août.

La déclaration, qui a été condamnée par les Palestiniens de tous les horizons politiques, dit que "tous les musulmans qui viennent en paix peuvent visiter et prier à la mosquée Al Aqsa, et les autres lieux saints de Jérusalem doivent rester ouverts aux adorateurs pacifiques de toutes confessions".

Après la guerre de 1967, Israël et la Jordanie, le gardien de l'enceinte d'Al-Haram al-Sharif, ont convenu que si les Juifs sont autorisés à accéder au site, ils ne sont pas autorisés à y prier.

Ce statu quo a résisté à de nombreux défis depuis.

Cependant, Terrestrial Jerusalem, une organisation qui suit les développements à Jérusalem qui pourraient avoir un impact sur les processus politiques ou déclencher la violence, fait valoir que la terminologie utilisée dans la déclaration conjointe est une tentative intentionnelle d'ouvrir le mont du Temple à la prière juive et finalement de changer le statu quo.

Israël et le monde arabe: une histoire de tentatives de reconnaissance

Lire la suite "

<< Il n'est pas trop tard pour insister pour que ce libellé soit supprimé et qu'il y ait un engagement renouvelé, sans ambiguïté dans sa clarté, de la part d'Israël et des États-Unis à l'égard de l'interprétation traditionnelle du statu quo, et en particulier concernant la prière juive sur la montagne », indique le rapport.

Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l'Islam, est situé dans le complexe de 14 hectares d'Al-Haram al-Sharif (sanctuaire noble), connu des Juifs sous le nom de Mont du Temple.

La déclaration conjointe, selon le rapport, parle d'accès à la «mosquée Al-Aqsa» plutôt qu'à Al-Haram al-Sharif, et alors qu'Israël définit Al-Aqsa comme la structure de la mosquée, les musulmans la définissent comme l'ensemble de l'esplanade de Al-Haram al-Sharif.

<< Par conséquent, selon Israël (et apparemment les États-Unis), tout ce qui se trouve sur la montagne qui n'est pas la structure de la mosquée est défini comme «l'un des autres lieux saints de Jérusalem», ouvert à la prière de tous et ouvert à la prière par tous – y compris les juifs. "

Perte de Jérusalem

La Jérusalem terrestre a également souligné que la déclaration conjointe ne mentionnait pas le Waqf, l'organisation islamique qui supervise le lieu saint, ni son rôle autonome en tant qu'agent de la garde jordanienne, érodant potentiellement l'autorité musulmane sur Al-Aqsa.

L'accord négocié par les États-Unis a été condamné par les Palestiniens et leurs dirigeants. Les Palestiniens l'ont largement rejeté comme équivalant à une "trahison" et à "un coup de couteau dans le dos".

Le rapport indique que la normalisation entre les deux pays pourrait avoir de graves ramifications sur les sites historiques de Jérusalem.

"Il est presque inévitable que ceux qui s'intéressent à la normalisation des relations avec Israël soient accusés d'avoir contribué à la perte de Jérusalem pour les mondes arabe et musulman."

Accord Israël-EAU: à Jérusalem, les Palestiniens se sentent trahis mais pas surpris

Lire la suite "

L'année dernière, un ministre israélien a appelé les colons à continuer de pénétrer dans l'enceinte d'Al-Aqsa, quelques jours après que des affrontements entre Palestiniens et la police israélienne ont éclaté sur le site.

Le statut du complexe d'Al-Haram al-Sharif est l'une des questions les plus sensibles du conflit israélo-palestinien.

Le complexe a servi de première Qibla, la direction vers laquelle les musulmans doivent se tourner pour prier, avant que cela ne soit changé à La Mecque, en Arabie saoudite.

C'est également le site le plus sacré du judaïsme, considéré comme l'emplacement du temple juif détruit il y a 2000 ans.

La zone a été un point d'éclair pendant des années, car les fidèles musulmans sont fréquemment victimes de harcèlement lorsqu'ils entrent dans la mosquée en raison des mesures de sécurité imposées par le gouvernement israélien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *